Raccourcis

Exposition "Lumières / Anti-Lumières"


Chantilly, à l’heure de la célébration nationale "Jean-Jacques Rousseau 2012", a souhaité évoquer tout à la fois l’auteur du Contrat social mais aussi la pensée et les œuvres de ceux, hommes de plumes ou d’action, qui combattirent ses idées. Aux Lumières s’opposent donc des Anti-Lumières, penseurs et philosophes opposés sur bien des plans : droits de l’homme contre devoirs de la tradition, primat de l’individu contre domination du groupe (communauté, société, nation), pouvoir du nombre contre pouvoir de l’élite, démocratie contre autorité, forment grosso modo les lignes de fracture entre ces deux courants.

L’esprit et l’histoire de Chantilly, tout d’abord, nous invitent à considérer l’affrontement qui oppose Lumières et Anti-Lumières. La figure du duc d’Aumale, fils de Louis Philippe, se rattache certes au libéralisme politique par la monarchie de juillet (1830-1848). Il ne faudrait pas pour autant oublier d’autres propriétaires de Chantilly et tout particulièrement les derniers représentants de la lignée des Condé, parmi lesquels Louis V Joseph de Bourbon-Condé (1736-1818).

Cet éminent personnage de l’Ancien Régime fut parmi les premiers à prendre le chemin de l’exil dès juillet 1789. Il leva ensuite une armée pour combattre la Révolution, la fameuse « Armée de Condé » dont Chantilly conserve l’intégralité des archives au sein du "Cabinet des Lettres". Sa bibliothèque également conservée, enrichie par son fils le duc de Bourbon puis par Aumale, recèle nombre de pièces signifiantes du courant des Anti-lumières. Elle est naturellement le reflet des idéaux "contre-révolutionnaires". Les écrivains et penseurs conservateurs, réactionnaires, contre-révolutionnaires y figurent en bonne place : Edmund Burke observant d’Angleterre les événements de France ; Joseph de Maistre le "Sade blanc" défenseur de la foi et des coutumes ; Louis de Bonald penseur légitimiste ainsi que quelques autres moins connus.

La bibliothèque conserve naturellement quelques éditions rares de Rousseau, ayant cependant plus souvent trait à sa carrière littéraire et musicale qu’à son destin de penseur politique. Par ailleurs, ce n’est pas le moindre des paradoxes de constater que Rousseau inspira tout autant le tenants de la Révolution que ses ennemis. Déjà son attrait pour la nature et ce qu’il faut bien caractériser comme sa défiance envers le progrès, le placent dans une position toute particulière. Il est ainsi possible d’esquisser le destin d’un Rousseau "aristocrate". Certains opposants à la Révolution française ont su se réclamer de Rousseau, de Bonald le cite abondamment, de Maistre, tout en pourfendant par l’insulte celui qu’il considère comme le père de la Terreur, partage certaines de ses vues.

Enfin les riches collections d’imprimés du XIXe siècle permettent d’évoquer les figures aussi célèbres que contrastées de l’historien de la Révolution Taine, du penseur Ernest Renan, du monarchiste Maurras, du romancier Barbey d’Aurevilly, d’autres penseurs "Anti-lumière". Depuis les discussions de l’époque sur l’héritage révolutionnaire, jusqu’à la peur de "l’ordre" face au "mouvement" qui traverse tout le XIXe siècle, la remise en perspective de ces pensées opposées éclaire jusqu’aux débats contemporains.

Les actualités


Du 13 Mai au 12 Aoû 2015

Bibliothèque Condé et archives du Château de Chantilly

Exposition "Œillets, tulipes, anémones. Les fleurs du Grand Condé"

Du 06 Sep au 09 Déc 2014

Bibliothèque Condé et archives du Château de Chantilly

Exposition "La Passion du Prince : enluminures italiennes du duc d’Aumale"

Du 06 Avr au 08 Juil 2014

Bibliothèque Condé et archives du Château de Chantilly

Aumale secret. Archives inédites du château de Chantilly

Du 03 Avr au 02 Juil 2013

Du 04 Juil au 17 Sep 2012

Bibliothèque Condé et archives du Château de Chantilly

Carte Blanche à... Marc Fumaroli, de l'Académie française