Raccourcis

Exposition : "Le Manuscrit venu de Sainte-Hélène d’une manière inconnue : histoire d’une célèbre supercherie littéraire"


Vous êtes ici

Du 06 déc 2012 au 15 mar 2013

Bibliothèque Thiers

La découverte d’une cinquième copie non répertoriée dans le fonds Masson et une nouvelle édition parue cette année chez Laville du Manuscrit venu de Sainte-Hélène d’une manière inconnue constituent une opportunité de mettre en valeur à la bibliothèque Thiers les ouvrages qui, au cours de presque deux siècles, ont marqué l’histoire de ce fameux pastiche.

Napoléon Ier croupit depuis deux ans sur l’île de Sainte-Hélène quand, en 1817, Murray, éditeur londonien, publie une confession du célèbre prisonnier, rédigée à la première personne. Napoléon n’est pas formellement identifié comme étant l’auteur, mais l’éditeur laisse planer le doute, et le succès est foudroyant : six rééditions chez Murray pour la seule année 1817, et des traductions dans de nombreux pays.

La France de la Restauration interdisant l’ouvrage considéré comme séditieux, d’innombrables copies manuscrites circulent sous le manteau. Qui a écrit le Manuscrit ? Napoléon a toujours nié en être l’auteur. Il a même pris soin d’en relever les erreurs. Les pistes les plus sérieuses attribuent l’ouvrage à Benjamin Constant ou à Madame de Staël. Celle-ci réside alors à Coppet, en Suisse, et réunit autour d’elle une brillante société comptant en son sein des personnalités de l’époque impériale. Au nombre de ses familiers figure un gentilhomme agronome, Jacob-Frédéric Lullin, marquis de Châteauvieux. À la fin de sa vie, en 1841, Lullin de Châteauvieux avoue être l’auteur du Manuscrit. Mais les mystères ont la vie dure et le doute ne semble pas totalement levé pour les historiens qui, au cours des années suivantes, rééditeront le Manuscrit.

Outre les cinq copies manuscrites, la bibliothèque Thiers présente une sélection des nombreux ouvrages qui ont paru sur la question.

Avertissement (en français) et début du Manuscrit venu de Sainte-Hélène tiré de la deuxième édition londonienne.Une traduction du 'Manuscrit venu de Sainte-Hélène' en grec, éditée à Munich en 1818Deuxième édition du Manuscrit venu de Sainte-Hélène publiée par Murray à Londres en 1817 Exemplaire du Manuscrit conservé à la bibliothèque de l'Institut de France

Exposition présentée à la bibliothèque Thiers du 6 décembre 2012 au 15 mars 2013, ouverture les jeudi et vendredi de 12h à 18h

Bibliothèque Thiers
27, place Saint-Georges, 75009 Paris
Tél. : 01 48 78 92 90
Télécopie : 01 48 78 92 92
Conservateur : Sylvie Biet
Bibliothécaire : Danièle Chartier

Télécharger le dépliant de présentation