Raccourcis

Son histoire


Le cœur du domaine était constitué par le manoir lui-même, ses communs, son parc, et par la ferme attenante du "Grand Kerazan", la "grande ferme" occupée par le "grand fermier".

Ce qui caractérise cet ensemble, c’est son authenticité : les bâtiments sont restés intacts, le manoir a conservé son ameublement et ses collections, comme si Joseph-Georges Astor venait de le quitter.
L’aspect du parc n’a pas été modifié. La ferme du Grand Kerazan était encore exploitée il y a quelques années et a gardé son intégrité.
Aussi Kerazan est-il perçu comme un lieu de mémoire.

Toute une partie du bâtiment remonte au XVIe siècle.

La grange de la ferme, remarquable par le plein cintre de sa grande porte et par son escalier à vis, date aussi de cette époque.

Au XVIIIe siècle appartient ce qui est aujourd’hui la façade principale, dont l’étage supérieur et la toiture furent remaniés au XIXe siècle.

Après 1900, les communs reçurent des additions, en particulier une haute tour d’observation. Les différentes étapes de la construction évoquent, pour l’Ancien Régime, les familles Kerfloux et Rosmorduc, et pour le XIXe siècle, le passage mémorable de Le Normant des Varannes (qui lança la culture de la pomme de terre et développa le port de Loctudy), suivi par le règne des Astor, hommes politiques républicains, épris d’action sociale.

Dynastie des Astor

Joseph Astor, qui avait épousé Noémie Arnoult, acquit Kerazan en 1847 et en fit sa demeure. Maire de Quimper et sénateur du Finistère, il se passionna aussi pour les œuvres d’inspiration bretonne. Il fit construire le musée des Beaux-Arts de Quimper, et parcourut la région à la recherche d’œuvres significatives. Son compagnon de voyage était Alfred Beau, peintre, céramiste et directeur du nouveau musée de Quimper.

Joseph-Georges Astor (1859-1928), fils de Joseph, souffrant de surdité, n’avait pu se consacrer à la vie publique comme il l’aurait souhaité, à l’image de son père, sénateur, et de son oncle, député. Il devint donc bâtisseur. Il agrandit considérablement les communs et sut leur donner un aspect qui ne déparât pas le manoir. Il fut aussi un grand collectionneur, n’hésitant pas à consacrer une partie de sa fortune à l’achat de peintures et d’autres œuvres d’art. Il ne se maria pas, et, sans héritiers, il légua ses biens à l’Institut de France, "grand corps universellement respecté", écrivait-il dans son testament.

Manoir de Kerazan
29750 Loctudy

www.kerazan.fr

Les actualités


Du 28 Mai au 18 Sep 2016

Le 19 Avr 2016

Du 14 au 15 Nov 2015

Manoir de Kerazan

Noël gourmand

Du 17 au 19 Oct 2015

Manoir de Kerazan

Couleurs et saveurs d'automne

Du 09 au 10 Aoû 2015