Raccourcis

Bibliothèque Paul-Marmottan


Sommaire

Propriété de l'Académie des beaux-arts

Située au sein d'un quartier résidentiel longeant le bois de Boulogne, la bibliothèque Paul-Marmottan fut construite à la fin du XIXe siècle.

Bibliothèque d'exception, elle est l'œuvre d'un homme passionné par le Premier Empire et l'histoire napoléonienne, Paul Marmottan. Léguée à l’Académie des beaux-arts au début du XXe siècle, elle constitue, avec le musée Marmottan-Monet, la Fondation Marmottan

La ville de Boulogne-Billancourt, en accord avec l’Académie des beaux-arts et dans le respect des intentions du donateur, assure la gestion et la mise en valeur de ce patrimoine prestigieux depuis 1996.

Devenue un véritable pôle culturel original, tourné vers l’art et la recherche, la bibliothèque Paul-Marmottan accueille chercheurs, étudiants et amateurs ainsi que tout public souhaitant découvrir cette période de l'histoire ou simplement profiter de l'atmosphère du lieu et de son jardin néoclassique d'inspiration italienne.

Doté d'un auditorium aux remarquables qualités acoustiques, cet établissement propose de nombreuses animations pour contenter lecteurs, amateurs d'histoire de l'art ou mélomanes.

Concerts, conférences, visites individuelles et de groupes, ateliers scolaires se succèdent tout au long de l'année.

sommaireQui était Paul Marmottan ?

Les Marmottan, père et fils, forment une dynastie de collectionneurs. Jules Marmottan (1829-1883), directeur de la Société des houillères de Bruay, s’intéressait aux arts des XVe et XVIe siècles. Son fils Paul (1856-1932) démissionne en 1883 d’un poste de conseiller de préfecture pour se consacrer à ce qui fut la passion de sa vie : le Premier Empire. Au cours de voyages répétés qui le conduisent en Belgique et aux Pays-Bas, en Allemagne et en Autriche, en Pologne et en Russie, et surtout en Italie, il visite les lieux des campagnes napoléoniennes, les résidences des Napoléonides, acquiert documents et œuvres d’art, s’attarde dans les fonds d’archives où il trouve matière à ses nombreuses publications.

sommaireUne bibliothèque d’atmosphère

Le charme et l’originalité de la bibliothèque tiennent à ce que, dans l’esprit de son donateur, elle était et devait rester à la fois une demeure privée, un lieu de travail où l’on respire l’atmosphère de l’époque impériale, un musée-galerie. Paul Marmottan considère un peu sa maison de Boulogne comme une villégiature où il retrouve l’aspect et le charme de cette Italie néo-classique qu’il chérissait.

sommaireUne bibliothèque encyclopédique d’esprit européen

La principale caractéristique de la bibliothèque napoléonienne réunie par Paul Marmottan est d’être européenne. Ce qui le passionne, est en effet, plus encore que la geste militaire, les diverses réalisations de l’administration napoléonienne dans la France de 1811, avec ses cent trente-deux départements, et dans les royaumes alliés ou confiés aux frères et parents de l’Empereur. De très rares collections de journaux allemands, hollandais, italiens, espagnols, des recueils de différents bulletins de lois permettent de suivre l’action napoléonienne dans son souci de modernité. La bibliothèque est particulièrement riche pour l’histoire des arts, en Italie.

sommaireLa Fondation Paul-Marmottan

À sa mort en 1932, Paul Marmottan lègue à l’académie des Beaux-Arts ses collections avec son hôtel de l’avenue Raphaël à Paris, ancienne demeure de Christophe-Edmond Kellermann, duc de Valmy, et sa propriété boulonnaise.

Le musée et la bibliothèque constituent une Fondation ouverte en 1934. Depuis 1996, en accord avec l’académie des beauxarts et dans le respect des intentions du donateur, la ville de Boulogne-Billancourt assure la gestion et la mise en valeur de la bibliothèque.

sommaireLa galerie des estampes

La galerie dite des estampes est une véritable invention muséographique de Paul Marmottan. Un meuble en bois, long de huit mètres, divisé en quatorze compartiments, contient sa riche collection de gravures. Il est installé au centre d’un espace éclairé zénithalement par deux coupoles. L’accrochage, volontairement "serré", reprend les dispositions originellement voulues par Paul Marmottan. On y trouve un choix d’œuvres répondant à son goût : paysage des années 1800-1830 autour de Jean-Victor Bertin, scènes de genre, Conversation Pieces, portraits intimes.

sommaireUn monument historique néo-Premier Empire

L’ensemble des bâtiments de la bibliothèque a été construit ou recomposé dans les années 1900-1930. Même s’il a eu plusieurs collaborateurs, tels L. Monin, L. Périn, Rimbert, Paul Marmottan semble avoir été son propre architecte, créant des sortes de fabriques néo-Premier Empire dont l’intérêt et l’inventivité sont aujourd’hui reconnus : l’ensemble des bâtiments est inscrit à l'inventaire des monuments historiques et a reçu le label "Maisons des Illustres". Le bureau de Paul Marmottan a conservé son aménagement et est un des exemples les plus significatifs d’un cabinet de travail d’un historien à la fin du XIXe siècle.