Raccourcis

L'académie des sciences morales et politiques


Vous êtes ici
Sommaire

MM. Raymond Boudon, François Terré, Pierre Messmer et Jean Cluzel.Le XVIIe siècle fut celui de la révolution des sciences exactes. Le XVIIIe siècle inventa la science de l’homme dans sa globalité. L’étude des mœurs, forgées par l’histoire, le droit, les échanges économiques et les propriétés de l’âme humaine, permettait de comprendre les modes de gouvernement des hommes, dans le but de les améliorer et de les rendre conformes aux exigences de la raison.

Héritiers des Lumières, les Idéologues de 1795 créèrent, au sein de l’Institut de France, une deuxième classe, chargée des "sciences morales et politiques". On y trouvait Destutt de Tracy, Cabanis, Garat, Volney… Pour des raisons politiques, cette classe fut supprimée en 1803 par Bonaparte, alors Premier Consul, et ses membres répartis dans les autres classes de l’Institut.

Ce fut à l’initiative de François Guizot, ministre de l’Instruction publique, que Louis-Philippe restaura l’Académie des sciences morales et politiques (ordonnance royale du 26 octobre 1832). Il s’agissait de la première institution française à couvrir le champ des sciences humaines.

Depuis sa création, l’Académie a toujours compté en son sein les hommes les plus illustres du temps : Guizot, Tocqueville, Michelet, Victor Cousin, Pierre Janet, Fustel de Coulanges, Bergson, René Cassin, René Coty, Raymond Aron, Jacques Rueff, Lucien Febvre, le cardinal Henri de Lubac, Albert Schweitzer, Pierre Messmer…

sommaireComposition et activité de l'Académie

Buste de François Guizot, sculpté par Pierre Robinet.Ces hommes sont de formation et d’horizons divers. Ils sont regroupés en six sections: philosophie ; morale et sociologie ; législation, droit public et jurisprudence ; économie politique, statistique et finances ; histoire et géographie ; section générale, qui regroupe des personnes éminentes dont la carrière et les travaux n’entrent dans le cadre d’aucune autre section. S’y ajoutent douze associés étrangers parmi lesquels on compte des personnalités aussi diverses que le cardinal Joseph Ratzinger, élu pape en 2005 sous le nom de Benoît XVI, Jean Starobinski, S.M. Juan Carlos, roi d’Espagne, Václav Havel ou Ismaïl Kadaré. Enfin, l’Académie a également 60 correspondants français et étrangers.

Chaque lundi, à l’initiative du président, qui fixe le programme de travail de l’année, une communication est présentée, en séance publique, par un intervenant extérieur ou un académicien. Ces textes, ainsi que les débats qu’ils suscitent, sont régulièrement mis en ligne sur le site internet de l’Académie.

L’Académie publie également d’autres travaux (actes de colloques, rapports de groupes de travail, éloges d’académiciens faits par leurs successeurs…).

"Conseiller irremplaçable des pouvoirs publics et observateur attentif de la vie de la cité" selon les mots du président de la République, Jacques Chirac (le 10 octobre 1995), l’Académie est tournée vers les débats de société. Quand cela lui semble nécessaire, elle saisit les pouvoirs publics, sous la forme de motions et d’avis.

sommaireLes Prix de l'Académie

Chaque année, l’Académie distribue une cinquantaine de prix, de bourses, de médailles et de diplômes, ainsi que des aides caritatives. Les prix couvrent des sujets très variés. Parmi les prix récents et richement dotés, on peut citer le prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise, le prix Madeleine Laurain-Portemer d’histoire moderne, le prix Choucri Cardahi, destiné à des juristes, le prix Édouard Bonnefous, alternativement consacré à la défense de l’environnement et à des œuvres "visant à alléger le poids de l’État sur les citoyens", le prix Zerilli-Marimo d’économie libérale, le prix Louis Cros qui récompense les travaux de jeunes auteurs sur l'éducation et la formation, le prix Charles Aubert-Histoire et le prix Charles Aubert-Droit, le prix Francis Durieux qui récompense des ouvrages utiles aux praticiens du droit, le prix franco-allemand pour la construction européenne, le prix Luc Durand-Réville qui récompense des travaux sur l'aide au développement du tiers-monde...

Ces Prix, ouverts à tous, sont rendus publics au cours de la séance solennelle de rentrée de l’Académie, à la mi-novembre, sous la Coupole de l’Institut de France.

Académie des sciences morales et politiques
Institut de France - 23, quai Conti - 75270 Paris Cedex 06
Tél. : 01 44 41 43 23 - Fax : 01 44 41 44 23

www.asmp.fr

Les actualités


Le 20 Oct 2014

Académie des sciences morales et politiques

Entretien de l'Académie

Le 20 Oct 2014

Académie des sciences morales et politiques

Séance

Le 13 Oct 2014

Académie des sciences morales et politiques

Séance

Le 13 Oct 2014

Académie des sciences morales et politiques

Le Prix Nobel d'économie 2014 décerné à Jean Tirole

Le 06 Oct 2014

Académie des sciences morales et politiques

Séance