Raccourcis

Ses missions


Vous êtes ici
Sommaire

L’Institut de France occupe une place tout à fait originale parmi les institutions françaises. Son histoire et sa composition, ses activités et sa vocation en font un ensemble inclassable dans le paysage juridique, historique et culturel. Il a souvent servi de modèle de référence à l’étranger, en tant qu’institution marquée par la pluridisciplinarité et le mécénat.

sommaireLe "Parlement du monde savant"

"Parlement du monde savant",  l’Institut a d’abord été inspiré par l’idée de voir les élites scientifiques, littéraires et artistiques de la nation travailler ensemble "à décorer la liberté, à la fortifier et à la propager dans le monde comme la lumière" (Dictionnaire de l’Académie française, 5e édition, 1814, discours préliminaire).

Son rôle actuel est en cela parfaitement conforme à sa mission d’origine de "recueillir les découvertes, perfectionner les arts et les sciences" (Constitution de l’an III, article 298), dans une perspective encyclopédique.

Il faut que tout homme y puisse apprendre à faire ce que tous les hommes de tous les pays, embrasés du feu du génie, ont fait et peuvent faire encore ; il faut que cet établissement honore non seulement la France seule, mais l’humanité tout entière, en l’étonnant par le spectacle de sa puissance et le développement de sa force.

Extrait du discours préliminaire au projet de constitution pour la République française
prononcé à la Convention nationale par Boissy d’Anglas
dans la séance du 5 messidor an III, 23 juin 1795

Lieu de synthèse et de réflexion indépendante, ouvert aux horizons de la recherche et aux problèmes de son temps, l’Institut joue aussi le rôle de conseil auprès des pouvoirs publics. Autant que nécessaire, ceux-ci le consultent et lui demandent des rapports ou son avis sur des textes officiels.

Chaque Académie le composant a en outre un rôle qui lui est propre :

sommaireLe mécénat

La vocation philanthropique de l’Institut ne s’arrête pas à cette mission académique. Le mécénat constitue également une part importante de ses activités, à travers les nombreux dons et legs qu’il est habilité à recevoir et les fondations qu’il abrite. Ainsi l’Institut et les Académies contribuent-ils à encourager la création, la recherche et des projets humanitaires et prolongent-ils les inspirations de leurs fondateurs.

Au fil des ans, leur rôle de mécène s’est d’ailleurs largement imposé.

sommaireLes "fondations-musées"

Les parterres Le Nôtre restaurés. Photo : J.L. AubertÀ la suite du duc d’Aumale, mécène historique de l’Institut de France à qui il donna le domaine de Chantilly en 1886, de nombreuses personnes privées ont, directement ou en créant une fondation, légué à l’Institut ou à l’une des Académies tout ou partie de leur patrimoine, les chargeant de l’utiliser à des fins sociales, morales ou scientifiques. Nombreux sont les académiciens qui s’associent à cette activité de mécénat, en apportant leur expertise à l’évaluation de projets ou en participant aux procédures de sélection des lauréats.

Les fondations abritées à l’Institut ou auprès des Académies s’inscrivent dans une même logique de générosité mais illustrent des préoccupations très diverses, allant de la valorisation d’un patrimoine hors du commun (les fondations-musées) à l’encouragement de projets innovants, de personnes éminentes ou méritantes ou de programmes à vocation sociale et humanitaire.

Héritage d’une époque (fin XIXe / début XXe) où la sauvegarde du patrimoine historique n’avait pas encore été totalement prise en compte par l’État, les fondations-musées permettent la conservation de plusieurs châteaux, propriétés et musées ouverts au public et la mise en valeur des collections qu’ils renferment : au Palais de l’Institut (Palais national), quai de Conti à Paris, et ses bibliothèques (Bibliothèque Mazarine et Bibliothèque de l’Institut), s’ajoutent

L’ensemble représente un patrimoine exceptionnel de grande valeur architecturale, artistique et culturelle.

sommaireLes fondations non associées à des charges immobilières

Les fondations non associées à des charges immobilières sont d’une autre nature : elles disposent de revenus qui fournissent les ressources nécessaires à l’accomplissement de leurs missions. Si certains mécènes préfèrent remettre des prix à des personnes qu’ils jugent particulièrement méritantes, d’autres privilégient le financement de projets ou l’attribution de bourses, en particulier dans le domaine de la recherche scientifique.

Chaque année, ce sont ainsi près d’un millier de prix et subventions qui sont décernés pour un total de plus de 10 millions d’euros ; l’importance de certaines fondations permet d’attribuer des prix ou subventions pouvant aller jusqu’à 750 000 euros pour un même projet.

Séance de remise des Grands Prix des Fondations de l'Institut de France

Initiées par entreprises ou des particuliers, ces actions de mécénat s’inscrivent dans tous les domaines : humanitaire, éducation et enseignement supérieur, recherche scientifique, culture et environnement, partout à travers le monde.

Dans les dernières années, un nouveau type de fondations est apparu, dites "fondations réflexives", par lesquelles les fondateurs, en se plaçant sous l’égide de l’Institut de France, entendent prendre de la distance par rapport à leur propre structure pour réfléchir sur des questions de société ; les thèmes choisis pour les entretiens illustrent leurs aspirations : la grande pauvreté, la mixité sociale, l’écologie ou la responsabilisation de l’économie de marché par exemple.

Les mécènes trouvent à l’Institut et dans les Académies une expertise intellectuelle exceptionnelle grâce au concours de leurs membres, et un gage de pérennité et l’assurance d’une gestion indépendante et rigoureuse que garantissent des statuts uniques.

Telle est en définitive la singularité profonde de l’Institut : une institution où "tous les efforts de l’esprit humain sont liés en un faisceau" (Ernest Renan), un lieu d’échanges entre grands savants et pouvoirs publics, entre mécènes – entreprises ou particuliers – et personnalités qui, connues ou anonymes, concourent au bien commun.

Les actualités


Le 21 Sep 2014

Le 05 Déc 2014

Académie des inscriptions et belles-lettres

Séance

Le 04 Déc 2014

Académie française

Séance solennelle

Le 03 Déc 2014

Académie des beaux-arts

Séance

Le 02 Déc 2014