Raccourcis

Monument remarquable né de la rencontre de deux passionés


Sur un promontoire rocheux s’agrippent des pins tordus par le vent, des cyprès et des oliviers plusieurs fois centenaires. C’est là, sur la pointe des Fourmis, à Beaulieu-sur-Mer, près de Nice, qu’au début du siècle, l’helléniste Théodore Reinach – musicologue, archéologue et numismate – décida, en faisant appel au talent de l’architecte Emmanuel Pontremoli, son confrère à l’Institut de France – membre de l’Académie des beaux-arts et grand prix de Rome en 1890 – de réaliser un chef-d’œuvre, la villa Kérylos.

Témoignage néogrec de l’architecture de la Belle Époque sur la Côte d’Azur, la villa Kérylos, édifiée de 1902 à 1908, se présente comme une élégante construction blanche, rehaussée de toitures en terrasses garnies de pergolas colorées.

Léguée à l’Institut de France en 1967, cette demeure est une reconstitution historique évocatrice de l’art de vivre des anciens Hellènes. Son implantation, son ordonnancement, l’érudition qui a présidé à sa conception, à sa décoration et à son ameublement en font un joyau architectural de la culture méditerranéenne avec son décor raffiné, reproduction d’œuvres d’art, mobilier, étoffes, fresques, mosaïques. Son nom désigne l’alcyon (l’hirondelle de mer), dont la rencontre était, dans la mythologie, un présage heureux.

La villa Kérylos n’est pas un pastiche, mais une réinterprétation, une réinvention de la Grèce. L’architecte Emmanuel Pontremoli a fait preuve d’une grande liberté et d’un subtil esprit d’adaptation, combinant le raffinement, la rigueur archéologique et le confort qui répond aux exigences de la vie moderne. Le modèle architectural choisi fut celui des nobles maisons de l’île de Délos des IIe et Ier siècles avant Jésus-Christ. Après avoir traversé l’entrée (Thyrôreion), le visiteur découvre que la villa s’organise autour d’un patio, ou péristyle, qui laisse entrer la lumière et permet d’accéder à toutes les pièces de la maison au rez-de-chaussée. Sur la gauche se trouvent les thermes (Balnéion) avec un bassin de marbre et une absidiole ornée de mosaïques.

À droite, on entre dans les pièces de réception donnant sur la mer : la bibliothèque d’imposantes dimensions, la salle des banquets de plan octogonal (Triklinos), le grand salon (Andron), le petit salon (Oïkos).

Par le vestibule (Amphityros), on atteint l’étage, qui s’ouvre sur les appartements des maîtres de maison : Érotès, "les amours", la chambre au décor rouge pompéien de Théodore Reinach, et Ornitès, "les oiseaux", la chambre bleue de son épouse, dédiée à Héra. Les deux chambres sont pourvues chacune d’une salle de bain à baignoire monolithique en marbre, et séparées l’une de l’autre par un petit salon, le Triptolème, qui tient son nom de la mosaïque dont le motif central représente le héros d’Éleusis, sur son char.

La salle de bain de Madame Reinach disposait d'une douche à ciel ouvert permettant de profiter de l'eau de pluie. Un astucieux système de robinetterie permet trois jets : en pluie (kataxysma), en eau courante (krounos) et en cercle (périkyklas). Cette douche est une reproduction d'un modèle antique.

Villa Kérylos
Impasse Gustave Eiffel
06310 Beaulieu-sur-Mer
Tél. : 04 93 01 01 44

www.villa-kerylos.com